Association Franco-Hongroise d'Occitanie

18101

journées du patrimoine - musée de la résistance - Toulouse

Du 18/09/2021 au 19/09/2021

Ajouter au calendrier

  • Musée de la résistance et de la déportation - Toulouse

 

Musée de la résistance et de la déportation 52, allée des Demoiselles, 31400 Toulouse 31 France

Traduction et voix : Izabella Horvath

Brassóban szűlettem, és 5 éves sem voltam, amikor más országba kerűltem, anélkűl , hogy elkőltőztűnk volna. Tőbb országot végigjártam. Ahhoz, hogy orvostan hallgató legyek, tovább kellell állnom. Sőtt abba kellett hagynom, Spanyolországba mentem Franco harcolni a koztársaság pártiakkal. A magam módján harcoltam: betegeket ápoltam, kórházban dolgoztam. 1939-ben visszajőttem Franciaországba, befejezni tanulniányaimat, a francia hadseregbe is be akartam állni, de kűlfőldikéut, elutasitottak. Igy más módon az ellenállási mozgabomban Marcel Langer-val a 35. Brigáddal kűlfőldi munkaerőként vettem részt. Harcoltam a nácizmus, a fasizmus, a rasszizmus, az antiszemitizmus és a szegénység ellen : Toulouseban a szegények orvosának hivtak.

Je suis né à Braşov et avant mes 5 ans, sans avoir changé de ville j’avais changé de pays. En parlant de pays, j’en ai vu ! Parce que mes études de médecine, j’ai dû partir de chez moi pour les suivre. Je les ai même interrompues pour aller en Espagne, avec les brigades internationales, pour lutter contre Franco, pour la République. Mais lutter à ma manière, en créant des infirmeries et des services de santé. Je suis rentré en France finir mes études, j’ai même voulu rentrer dans l’armée française en 1939, mais on m’a refusé parce que j’étais étranger. Alors je me suis engagé d’une autre manière avec Marcel Langer et la 35e brigade Main d’œuvre Immigrée. J’ai lutté contre le nazisme, contre le fascisme, contre le racisme, contre l’antisémitisme, même contre la pauvreté : à Toulouse, on m’appelait le médecin des pauvres.

×