Association Franco-Hongroise d'Occitanie

La lune de jupiter

White God de Kornél Mundruzcó - critique

White God de Kornél Mundruzcó

« White God » a été présenté au ciné-club de l’association AFHd’O le 7 mars 2020. Nous avions promis la publication des critiques que nous avions trouvées sur le site.

Table des matières

Par Fabien Lemercier : “Tu vas voir qui est ton maître” 1

Par Gregory Coutant AU BOULOT LES TOUTOUS 2

Interview par Nicolas Bardot. 2

Interview Par Mathieu Payan LA VENGEANCE EST UNE PATÉE QUI SE MANGE FROIDE 3

Par Franck Nouchi « WHITE GOD » : LA BARBARIE A FIGURE CANINE 3

Par Romain Faisant. LA FILLE ET SON CHIEN 3

Par Marianne Fernandez LES AVENTURES DE HAGEN 5

Par Charles de Clerck (Cinécure) 6

Par Christophe Menat LA PLANÈTE DES CHIENS 7

Interview Par Emmanuelle Spadacenta

Par Fabien Lemercier: “Tu vas voir qui est ton maître”

Le virtuose Kornél Mundruczó livre une stupéfiante et rude parabole sur les mésaventures d'un chien et d'une jeune adolescente dans un monde cruel. Spécialiste de l'exploration du mal et de l'innocence bafouée, le cinéaste hongrois Kornél Munduczó a transposé ses thématiques de prédilection dans un univers pour le moins inattendu puisque le personnage principal de son nouvel opus, White God (qui a fait sa première mondiale Certain Regard cannois du 67ème Festival de Cannes) est un chien bâtard dans un monde où le pedigree fait loi. Tissant une parabole âpre et mise en scène avec l'exceptionnelle maîtrise qu'on lui connaît, le cinéaste s'essaye néanmoins à un rythme d'action tout à fait inhabituel dans sa filmographie. Un coup d'essai spectaculaire qui voit notamment débouler dans les vastes avenues de Budapest une armée de chiens sur le sentier de la guerre et de la vengeance contre des humains qui les raflent, les abandonnent, les enchaînent, les rendent enragés, les font se battre entre eux pour de l'argent, les emprisonnent et les éliminent. Tout un programme nocif sous forme de parabole du fascisme et de l'obsession d'une race pure contre laquelle se dresse seulement une jeune adolescente, sorte de petite sœur de la Jeanne d'Arc de Johanna et de la Fauna de Delta (autre film de Mundruczó).

Lire la suite White god critiques 1white-god-critiques-1-.pdf 

 
×